Le haut plateau de l’Aubrac, le causse Méjean, le mont Aigoual, les causses de Blandas et du Larzac ne souffrent pas de la pression de l’agro-industrie, c’est le moins que l’on puisse dire ! Seul, l’élevage extensif y est pratiqué ainsi que quelques cultures destinées au nourrissage des bêtes.

Les parcours à ovins ou à bovins sont exempts d’intrants industriels et, d’autre part, les forêts recouvrent en grande partie ces milieux restés biologiquement naturels. La nature y trouve son compte ainsi que la biodiversité riche en espèces représentées.

La faible densité de population joue aussi un rôle important, laissant de grands espaces libres d’un village à l’autre. La nature y est entretenue, mais pas massacrée pour autant !

Le Parc national des Cévennes, créé en 1970, a contribué avec persévérance à la protection raisonnée des sites entre Aigoual et causses.