Les burons de l’Aubrac

Patrimoine Bâti
Principale

Sur l’Aubrac, les burons, petites maisonnettes de granit à moitié enterrées et au toit couvert de lauzes, témoignent d’une époque pas si ancienne où l’on fabriquait le fromage sur place, en estive. Ils ouvraient du 25 mai au 13 octobre, de la Saint Urbain à la Saint Géraud. Le buron se compose d’une pièce principale : la pièce à vivre du buronnier chargé pendant l’estive de traire le troupeau et de fabriquer le fromage. Une seconde pièce sert à entreposer les fromages et notamment les tomes. Les burons, encore en activité jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale, ont été progressivement abandonnés par la suite.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La tome fraîche sert d’ingrédient de base à l’aligot et à la truffade, deux spécialités du pays. Il est d’ailleurs probable qu’à l’une de vos étapes sur le Chemin de Saint-Guilhem vous dégustiez un aligot. En connaissez-vous la légende ? Son invention en reviendrait à trois évêques du pays, qui se réunirent au VIe siècle pour un synode au carrefour de leurs diocèses respectifs, non loin de l’Aubrac. Il y avait là l’évêque du Gévaudan, celui du Rouergue et celui de l’Auvergne. Pour leur repas commun, chacun avait amené avec lui quelques denrées alimentaires : du pain (remplacé aujourd’hui par des pommes de terre), du fromage frais et de l’ail. Le mélange de ses divers ingrédients donna naissance à l’aligot.

a 1 (74)

Crédits photo: Charles Dauban