A DÉCOUVRIR


Les plantes messicoles habitent dans les moissons, c’est-à-dire dans les champs de céréales d’hiver (blé, orge, avoine, seigle) : coquelicots, matricaires, nielles des blés, bleuets, mais également glaïeuls des moissons… Ces plantes accompagnent les cultures de céréales depuis des siècles, mais elles ont fortement régressé depuis la seconde moitié du XXe siècle du fait de l’utilisation des herbicides et de la mécanisation de l’agriculture. Les messicoles sont une source de nourriture importante pour de nombreuses espèces, notamment pour l’Alouette des champs qui, en hivernage, consomme les graines de dizaines d’espèces de plantes sauvages (et pas de grains de céréales). Chaque alouette doit….


L’érythrone dent de chien (Erythronium dens-canis) est une plante à bulbe de la famille des Liliaceae. Espèce montagnarde, vous la verrez fleurir sur l’Aubrac. Son nom vient du grec erythros, signifiant « rouge sombre », en raison de la couleur de la fleur ainsi que des feuilles, dont le vert glauque est taché de nombreuses macules pourpres. Quant à la deuxième partie de son nom, elle provient de son bulbe : blanc et allongé, il rappelle en effet une canine de chien. La fleur, de couleur vive, est d’un beau rose-violet.


Dans les prairies de l’Aubrac et des Grands Causses, pousse l’anémone pulsatille (Anemone pulsatilla). Cette petite fleur possède des pétales d’un beau violet foncé mettant en valeur son cœur d’or. La face externe de ses pétales, ainsi que ses feuilles, sa tige et ses boutons sont velus. Comme la cardabelle, l’anémone pulsatille s’ouvre au soleil et se referme quand le temps devient pluvieux.


La Tulipe des bois ou Tulipe sauvage (Tulipa sylvestris) est une plante à bulbe, dont la fleur jaune est légèrement odorante. Cette jolie tulipe, fine et élancée, est protégée. La reproduction végétative par production de bulbilles, qui donnent naissance à de nouveaux bulbes, est le mode de dissémination principal. Les individus de tulipe sauvage peuvent rester à l’état végétatif pendant plusieurs années avant de refleurir. A l’instar de toutes les Liliacées, la longévité des bulbes est très importante, de l’ordre de plusieurs dizaines d’années. A partir d’une bulbille, il faut de 3 à 5 ans pour qu’un bulbe soit capable….


Elles vous accueillent, ne le cueillez pas ! Les orchidées sauvages vous accompagneront tout au long du chemin. À observer, dessiner, peindre, photographier, ces fleurs protégées ne doivent surtout pas être cueillies… Les tentatives de transplantations sont également inutiles : les orchidées ne survivront pas hors de leur milieu, où elles vivent en symbiose avec d’autres organismes. Plus d’une dizaine d’espèces sont présentes, des plateaux de l’Aubrac aux causses les plus méridionaux : Orchis sureau, Ophrys abeille, Orchis bouc, Orchis pyramidal, Orchis singe… ou encore le magnifique et rarissime Sabot de Vénus… Partez à leur recherche entre avril et juin, en scrutant les….


Chaque année, entre avril et mai, les prairies de l’Aubrac se transforment en parterres fleuris. Le plateau se couvre de jonquilles et de narcisses. Ces fleurs sauvages à l’odeur incomparable sont cueillies et acheminées vers les parfumeries. La récolte et la transformation du narcisse en Lozère sont des savoir-faire uniques au monde. Il y a peu, ce véritable patrimoine olfactif a séduit les parfumeurs de la maison Hermès. Le Narcisse des poètes (Narcissus poeticus) affectionne les prairies humides de montagne.


Présente sur les Causses, dont elle est la plante symbole, la Carline à feuilles d’acanthe (Carlina acanthifolia), également appelée localement Cardabelle, est un chardon aujourd’hui menacé et protégé. Cette plante, remarquablement adaptée, avec ses épines qui la défendent des moutons, pousse uniquement au ras du sol : on voit alors toute une couronne de feuilles avec au centre un gros capitule jaunâtre et soyeux. On la retrouve séchée et clouée aux portes des maisons dans certains villages en décoration ou en guise de porte-bonheur. On l’appelait également le baromètre du berger. En effet, quand le cœur de la fleur se….


Très présente sur le plateau de l’Aubrac, la gentiane jaune (Gentiana lutea) est une grande plante à fleurs jaunes qui mesure jusqu’à 1,50 mètres, peut vivre jusqu’à 50 ans et ne fleurit pour la première fois qu’à partir de 7 à 10 ans. Tant d’efforts méritent bien d’éviter de la couper. Vous la croiserez sur des chemins et dans les champs de fin juin au mois d’août. La gentiane a de nombreux usages, mais c’est surtout son rhizome (sa longue racine qui peut mesurer jusqu’à 1m et peser 5kg) qui est utilisé pour confectionner des apéritifs réputés comme la liqueur de….